Les cours sont destinés aux débutants comme aux confirmés à partir de 16 ans

Un cours d’essai gratuit est possible le lundi ( techniques ) ou mercredi ( applications ) avec une tenue de sport “classique”

il sera demandé de se procurer un kimono de Kung-fu Shaolin si l’élève vient à continuer la discipline.

Nous pratiquons le Kung-Fu Shaolin en référence au style enseigné de l’ancienne école du monastère Shaolin.

Les cours débutent et terminent par le salut Shaolin, signe d’harmonie, de politesse et surtout un symbole de non-agression en empêchant le combat par une prise de main.

L’objectif principal des cours est l’amélioration de la santé physique, qui de nos jours et avec nos activés journalières comme le travail ou les études est en déclin permanent. L’art de Shaolin est un excellent remède contre la pression affligée par notre environnement et contre un phénomène des plus nocifs bien connu de la société actuelle : le stress

Le bien-être physique

Entretien du système locomoteur 

Nous utilisons des exercices de renforcement musculaire et d’assouplissement afin d’entretenir les muscles, les os et les articulations. Les exercices sont variés et accessibles et nous bannissons tout exercice qui présente des risques.

Entretien du système cardio-vasculaire et respiratoire

Les exercices d’endurance aérobie sont indiqués à cet effet. Nous utilisons différentes méthodes comme le circuit training et l’intervalle training.

Entretien du système nerveux

Les exercices de mémorisation des enchaînements Tao et des techniques ainsi que les exercices de coordination améliorent la longévité et le bon fonctionnement du système nerveux.

 

Le bien-être psychologique

Se défouler

Nos cours sont dynamiques, soutenus et variés. Cela permet de se défouler après une longue journée de travail

Se relaxer

Des exercices de respiration, de relâchement et de diminution du tonus musculaire sont utilisés pour se détendre et se relaxer

Refaire le plein d’énergie

Une bonne fatigue produite par une séance de sport vous permet de mieux manger, dormir et vivre car elle permet aussi de refaire le plein d’énergie.

Varier vos activités

Le Kung Fu est une activité qui vous fait rencontrer d’autres personnes différentes de votre milieu socioprofessionnel, ce qui permet d’élargir vos horizons

 

Pour les anciens élèves et les confirmés. Application martiale et combat. Rendez vous le Vendredi soir de 20H à 21H30 pour les cours de SANDA

On trouve la mention de la participation des moines du monastère Shaolin à des combats vers l’an 610, mais rien n’indique un style propre au monastère.

D’après la tradition, le moine bouddhiste Bodhidharma (Ve siècle) aurait enseigné le kung-fu Shaolin aux moines du temple Shaolin, pour les aider à se défendre des animaux et des brigands qui rôdaient autour du monastère. Les recherches académiques critiquent cette thèse dès le XVIIIe siècle, et certains historiens font remonter cette légende au XVIIe siècle, avec la mention de pratiques physiques à Shaolin (Qi gong) dans des passages du Yì Jīn Jīng, dont l’authenticité (on le prétend daté du VIIe siècle) est mise en doute par les historiens (qui l’estiment postérieur au XVIIe siècle).

Le moine bouddhiste Bodhidharma a été considéré comme le créateur des arts martiaux Shaolin. Cette attribution provient d’un taoïste ayant rédigé le Yijinjing en 1624, qu’il prétendit avoir découvert. La première des deux préfaces de ce manuel retrace la succession du style qi gong à partir de Bodhidharma jusqu’au général Li Jing, à travers une chaine de saints et héros de guerre bouddhistes. Les chercheurs considèrent ce travail comme une falsification, en raison de ses nombreux anachronismes et du fait que des personnages fictifs de la littérature chinoise y soient répertoriés comme maîtres de lignée. Ling Tinkang (1757-1809), un érudit de la dynastie des Qing, décrivait déjà cet auteur comme un « maître ignorant de village ».

Les recherches plus récentes démontrent que le saint patron du monastère était Bodhisattva Vajrapani, divinité révérée au moins dès le VIIIe siècle, par laquelle les moines pensaient obtenir force et compétences de combat. De même une stèle érigée en 1517 démontre que Vajrapani était considéré à cette époque comme le créateur des célèbres techniques de bâton des moines.

 

Retrouvez l’actualité du Kung-Fu Shaolin ainsi que de l’ensemble des disciplines de l’ILAM sur :

FacebookInstagramYoutube